:: KERANOS MEDIA ::

Diareng, 14 mars 2024 – Les élèves du Collège d’Enseignement Moyen (CEM) de Diareng, dans la commune de Karantaba (Goudomp), ont observé ce jeudi 14 mars une grève de 48 heures renouvelables pour exiger de meilleures conditions d’études.

Manque d’eau et d’électricité : des conditions d’études difficiles

Le principal motif de la grève est le manque criard d’eau et d’électricité au sein de l’établissement. “Nos élèves ont boudé les cours ce matin depuis huit heures. Ils réclament de l’eau et de l’électricité”, a déclaré Monsieur Seck, professeur de Lettres/Histoire et Géographie, joint par téléphone.

Enoch Sagna, élève en classe de quatrième et président du Gouvernement Scolaire, explique que le collège souffre de plusieurs maux, dont les plus importants sont l’absence d’eau et d’électricité. “Depuis sa création en 2010, l’école n’a jamais bénéficié de points d’eau”, souligne-t-il. “Il y a pourtant un forage à Diareng, il suffirait de réaliser des travaux d’adduction d’eau pour régler le problème.”

“Même pour se désaltérer ou pour des besoins intimes, les élèves doivent se rendre dans les maisons voisines, ce qui est très difficile compte tenu de la position de l’école”, ajoute-t-il.

Concernant l’électricité, Enoch Sagna affirme que le compteur et le poteau électrique sont disponibles depuis longtemps, mais qu’ils n’ont pas encore été installés. “Il y a de la légèreté quelque part”, a-t-il dénoncé. “Si les autorités compétentes ne réagissent pas rapidement, nous allons durcir notre mouvement.”

Un collège performant malgré des conditions difficiles

Il est important de noter que le CEM de Diareng, malgré ses difficultés, fait partie des meilleurs collèges de la région. L’établissement a enregistré à plusieurs reprises, des résultats de 100% admis aux examens de Brevet de Fin d’Etudes Moyen.

Appel à l’action des autorités

Les élèves grévistes appellent les autorités locales et nationales à prendre des mesures urgentes pour améliorer leurs conditions d’études. Ils exigent la construction d’un point d’eau potable et l’installation de l’électricité dans l’école.”Si les autorités compétentes ne réagissent pas dans les plus brefs délais, nous allons accentuer notre mouvement”, conclut le Président du Gouvernement Scolaire.

Modou Kébé SOLLY


En savoir plus sur :: KERANOS MEDIA ::

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.