:: KERANOS MEDIA ::

Pour ses derniers jours au Palais, Macky Sall a assisté à une violente bagarre. Son conseiller Oumar Sow et son ami homme d’affaires, Ousmane Yara, en sont venus aux mains devant lui. Le premier nommé a été convoqué à la Brigade de Thiong, suite à cette bagarre avec l’homme d’affaires malien. Ce dernier vivant entre Conakry et Lagos, serait au cœur des négociations entre Macky Sall et Ousmane Sonko.

D’après des sources de “L’Observateur”, mentionne “Senenews”, la scène s’est déroulée au Secrétariat général de la Présidence. Ousmane Yara était reçu en audience accompagné du fils du président Mouhamed Bazoum. A sa sortie, il aurait croisé Oumar Sow  lance les hostilités: « Je t’avais dit qu’on allait faire tomber votre candidat ».

Oumar, pas du genre à se laisser faire, le responsable de l’APR réplique et l’aurait traité de comploteur. Puis, il l’aurait injurié. Mais Yara monte d’un cran, balançant une insulte qui ne passe pas inaperçue. Une altercation s’en est suivie et les deux antagonistes ont échangé des coups de poings.

Les gendarmes sont intervenus pour les séparer. Oumar Sow était dans tous ses états et aurait continué à proférer des injures. C’est ainsi que le président de la République Macky Sall aurait donné l’ordre de le conduire à la Brigade de Thiong.

Oumar Sow a, finalement, été relâché ce vendredi, dans la soirée, seulement quelques heures après son interpellation.

Qui est Ousmane Yara ?

Ousmane Yara est un richissime homme d’affaires malien vivant entre Conakry et Lagos mais ayant ses entrées dans beaucoup de capitales de la sous-région. Sa particularité ? Être ami des chefs d’Etat. Wade, Buhari, ATT, Macky Sall, Alpha Condé comptent parmi ses intimes et ont souvent eu recours à ses services pour se tirer de situations cocasses. Cet adepte de la diplomatie parallèle est à tu et toi avec l’actuel Président nigérian Bola Tinubu dont il a participé à la campagne victorieuse lors de la dernière présidentielle. Il aurait, d’ailleurs, joué un rôle dans le déplacement de Macky Sall à Abuja lors du dernier sommet des chefs d’Etat de la Cedeao.



Et aurait convaincu son ami Bola Tinubu d’annuler son voyage de Dakar, au lendemain du report de la Présidentielle et des violences qui s’en sont suivies. L’homme s’invite à la table des chefs d’Etat et dispose d’un impressionnant carnet d’adresses. Cette respectable carte de visite lui a permis de dénouer bien des crises. Par exemple, c’est avec son entregent que le Sénégal a échappé de justesse aux violences électorales que Me Abdoulaye Wade avait appelées de tous ses vœux en 2019. On était à la veille de la Présidentielle.

Le père de Karim Wade menaça d’appeler ses militants à brûler bureaux, urnes et bulletins de vote. C’est la « diplomatie » secrète de Yara, secondé en son temps par un autre homme multicartes du nom de Johnny Bâ, qui obligea Me Wade à revenir à de meilleurs sentiments. Ce, via ce qu’il est convenu d’appeler le « Protocole de Conakry ». En contrepartie, Macky Sall aurait promis, en son temps, selon certaines indiscrétions, de faire un « geste » en faveur de Karim Wade, une fois réélu. Ce que l’on sait, c’est que le Président Sall a remis Karim Wade dans le jeu politique, lui permettant de retirer ses fiches de parrainages, de déposer son dossier de candidature à la Présidentielle avant de voir celle-ci invalidée par le Conseil constitutionnel du fait d’une double nationalité franco-sénégalaise.



En savoir plus sur :: KERANOS MEDIA ::

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.