:: KERANOS MEDIA ::

Dakar, 17 mai 2024 – Le Premier ministre sénégalais Ousmane Sonko et l’opposant français Jean-Luc Mélenchon ont exposé, jeudi 16 mai, leurs visions des relations entre l’Afrique et l’Europe lors d’une conférence co-animée à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.


Si les deux hommes politiques ont affiché des désaccords sur des questions sensibles comme l’homosexualité et la polygamie, ils ont également trouvé un terrain d’entente sur plusieurs points. Ils ont notamment plaidé pour une relation plus équilibrée et respectueuse entre l’Afrique et l’Europe, rejetant toute imposition de valeurs par une partie à l’autre.


M. Sonko a insisté sur le respect des identités culturelles et le droit de chaque société à “établir librement ses mécanismes d’absorption des faits sociaux”. Toujours en guise d’exemple, Ousmane Sonko a rappelé qu’en France, la polygamie était interdite. Le sourire aux lèvres, il fait noter que le polygame qu’il est serait dans l’illégalité en France. “Nous l’admettons, si telle est la culture de la France”, a poursuit le Premier ministre sénégalais qui dénonce par ailleurs “une stigmatisation d’une religion, en l’occurrence l’islam, au point d’interdire à des musulmanes de vivre comme elles l’entendent”. Mais toujours, le leader de Pastef concède cela aux Français tant que “cela est conforme à la culture française”. 

Il a illustré son propos en évoquant la question de l’homosexualité, soulignant que “les velléités extérieures de nous imposer l’importation de modes de vie et de pensées contraires à nos valeurs risquent de constituer un nouveau casus belli”.


M. Mélenchon, tout en réaffirmant son soutien aux droits des communautés LGBTQ, a également prôné le dialogue et l’ouverture d’esprit.

“Je suis le premier législateur français qui a déposé un texte de loi à propos de la proposition du mariage homosexuel. Je suis hétérosexuel, mais j’ai pensé que cette liberté d’amour devait être ouverte à tous ceux qui veulent en bénéficier. J’assume cette position et je ne cherche pas à vous l’imposer”, a déclaré le fondateur de La France insoumise.
Par ailleurs, Mélenchon revendique son désaccord quant à la polygamie. “Je sais que la France n’a pas trop de leçons à donner sur la polygamie sur ce qui concerne les pratiques présidentielles, mais pour moi, pour mes compatriotes, nous ne sommes pas favorables”, a-t-il précisé.

Il a déclaré : “On peut dialoguer et ne pas être d’accord. On peut dialoguer et être d’accord, et la révolution citoyenne sénégalaise m’a accepté en sachant mes positions radicales et vous m’avez écouté avec bienveillance. Je suis donc heureux de vous avoir rencontrés”.


La conférence a été saluée par les participants pour son franc-parler et la richesse des échanges. Elle a mis en lumière les défis et les opportunités d’une relation plus constructive entre l’Afrique et l’Europe, tout en soulignant l’importance du respect mutuel et de la compréhension des identités culturelles.


En savoir plus sur :: KERANOS MEDIA ::

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x