:: KERANOS MEDIA ::

La sortie du premier ministre Ousmane Sonko n’a pas encore fini de faire parler dans la classe politique. Après Bougane Gueye, Anta Babacar Ngom, Mamoudou Ibra Kane, Yoro Dia etc Thierno Bocoum tire a boulets rouges le premier ministre. Dans un texte, le leader du mouvement AGIR s’en est pris au leader de Pastef et Premier ministre.

Voici l’intégralité de sa publication.

Sacré Ousmane !

Le Premier ministre Ousmane Sonko est en retard. Le plan d’action gouvernemental qu’il annonce pour bientôt lui a été demandé depuis très longtemps.

Dans le premier communiqué du conseil des  ministres en date du 09 avril 2024, il a été dit ceci : « le Président de la République a demandé au Premier Ministre, sur la base du PROJET et des orientations présidentielles sus indiquées, de finaliser, avant la fin du mois d’avril 2024, le Plan d’actions du Gouvernement, avec un agenda précis de réalisation des objectifs fixés. »

Il est en retard de plusieurs mois mais trouve le temps de faire de la politique politicienne en mettant en exergue une compétence qui a déjà montré ses limites.

Comment peut-on traiter certains magistrats de corrompus quand on décide de s’immiscer dans l’enclenchement de l’autosaisine  du procureur à travers son ministre de la justice ?

Pourquoi ne pas demander au procureur de faire son travail sur son propre dossier pendant devant la justice ?

Encadrer la justice et la presse selon ses propres orientations est la pire des dérives d’un apprenti dictateur.

S’attaquer à une opposition qui a décidé de laisser le temps de l’observation est une belle preuve d’incapacité face aux nouvelles charges étatiques.

L’ingénieuse prouesse a été de trouver le temps de faire de la politique politicienne après avoir demandé du temps pour faire des résultats.

À défaut de projet et de visions, les objectifs sont maintenant clairs :

1 – Anticiper sur l’après Diomaye en muselant la presse non inféodée à sa doctrine, en intimidant certains peureux d’une opposition hésitante pour les dissuader dans l’exercice de leur droit et en accaparant un appareil politique à travers un discours populiste renouvelé.

2 – Faire croire que le nouveau pouvoir est menacé dans sa volonté de prétendues réformes systémiques pour divertir les sénégalais sur un combat contre le néant et ainsi échapper à la récurrence des demandes de respect des engagements et de satisfaction des besoins majeurs des populations.

Ousmane Sonko a décidé de gouverner et de s’opposer en même temps. Gouverner contre ses adversaires, s’opposer à ses adversaires.

Celui qui était prêt à déloger du palais de la république un président légalement élu  pour prendre sa place fera tout pour remplacer son poulain.

Son temps sera dédié à la politique politicienne. La correcte prise en charge des intérêts majeurs des populations attendra malheureusement.

Qu’il sache que ceux qui ne sont pas dans le soutien aveugle, le fanatisme et la recherche de sinécures connaissent bien ce proverbe qui dit que « bien dire fait rire, bien faire fait taire. »

Malheureusement, il ne cherchera pas à faire taire en bien faisant mais plutôt en usant de formes d’intimidation ridicules, obsolètes et inopérantes.

Nous espérons que certaines ruptures annoncées et attendues survivront dans cette mare de populisme.

Les sénégalais sont fatigués. Ils ne rempliront pas leur ventre par des paroles futiles et de l’arrogance.

Thierno Bocoum
Président AGIR


En savoir plus sur :: KERANOS MEDIA ::

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x