:: KERANOS MEDIA ::

Dakar, 3 juin 2024 – L’Imam Cheikh Ahmed Ndao et l’activiste Bah Diakhaté ont été relaxés des accusations d’offense envers une personne exerçant une partie des prérogatives du Président de la République, mais ont été condamnés pour diffusion de fausses nouvelles. Le tribunal a prononcé une peine d’emprisonnement de 3 mois ferme et une amende de 100 000 francs CFA chacun à leur encontre.

Les deux hommes avaient été arrêtés après avoir diffusé sur les réseaux sociaux des informations jugées fausses par les autorités. Selon l’accusation, ils auraient relayés des rumeurs portant atteinte au Premier ministre Ousmane Sonko.


Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur en ce qui concerne la diffusion de fausses nouvelles, mais a relaxé les accusés pour offense au ” Premier Ministre”. Les motifs de cette décision n’ont pas été précisés.


Me Elhadji Amadou Sally, l’un des avocats de la défense, a déclaré que ses clients allaient interjeter appel de la décision du tribunal. Il a estimé que la peine était excessive et que les preuves présentées contre ses clients n’étaient pas suffisantes.

Cette affaire met en lumière la question de la liberté d’expression et de la diffusion de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux au Sénégal. Il sera intéressant de suivre l’évolution de ce dossier en appel.

4 1 vote
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

En savoir plus sur :: KERANOS MEDIA ::

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x