:: KERANOS MEDIA ::

L’ancien Premier ministre sénégalais sous le régime d’Abdoulaye Wade, Cheikh Hadjibou Soumaré, a été convoqué par la police pour avoir posé quatre questions au président Macky Sall. Dans une lettre, Soumaré a simplement demandé si Sall avait récemment donné de l’argent à une personnalité politique française, envoyé une note après leur rencontre et s’il envisageait de reporter les élections présidentielles prévues en 2024. La convocation est indicative de la nature dictatoriale du régime de Macky Sall, qui a également emprisonné des opposants, des journalistes et des militants de la société civile depuis sa prise de pouvoir en 2012. Personne n’est à l’abri de ses agissements, et il semble bénéficier du soutien des forces de sécurité et de la justice.

La convocation de Soumaré est un exemple supplémentaire du climat répressif qui règne actuellement au Sénégal, où le pouvoir est de plus en plus intolérant envers toute critique ou opposition. Les arrestations successives de journalistes, de militants de la société civile et d’opposants montrent que personne n’est à l’abri. Cette situation pose la question de savoir si le Sénégal est devenu une dictature qui ne dit pas son nom, où poser des questions au chef de l’État est considéré comme un crime. La réponse à cette question reste incertaine, mais ce qui est sûr, c’est que la situation au Sénégal est préoccupante et suscite des inquiétudes quant à l’avenir de la démocratie dans le pays.


En savoir plus sur :: KERANOS MEDIA ::

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.