:: KERANOS MEDIA ::

Officialisée par l’Organisation des Nations Unies (Onu) en 1977, la Journée internationale des droits des femmes a été adoptée par la France en 1982. Depuis, chaque 8 mars est consacré à cette cause, pour laquelle beaucoup reste à faire. Mais au fait, pourquoi cette date a-t-elle été choisie ?

La Journée internationale des droits des femmes est célébrée chaque année dans de nombreux pays. Son but ? « Fêter les victoires et les acquis en matière de droits des femmes, mais aussi faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes », explique Amnesty International sur son site internet.

Une journée de célébration donc, mais aussi de lutte, car le combat pour les droits des femmes est loin d’être gagné. Si cette cause doit nous préoccuper chaque jour, c’est bien le 8 mars qui a été choisi par les Nations Unies pour la mettre en lumière.

Mais pourquoi ce choix ?

Une célébration d’abord nationale
Comme nous l’expliquions précédemment, la Journée internationale des droits des femmes a été officialisée par les Nations Unies en 1977. Mais l’organisation internationale n’est pas à l’origine de sa création.

Pour comprendre, il faut remonter le temps de quelques dizaines d’années. Tout commence en 1909, aux États-Unis. Cette année-là est organisée, à la suite d’une déclaration du parti socialiste américain, la première journée nationale des femmes. Elle est « célébrée sur l’ensemble du territoire des États-Unis d’Amérique le dimanche 28 février 1909 », explique l’Onu sur son site internet. « Les femmes célébreront ensuite cette journée chaque dernier dimanche de février jusqu’en 1913. »

Les Nations Unies soulignent également qu’un autre évènement, survenu en 1848 dans l’État de New York, constitue une étape importante dans la création de cette journée. Deux Américaines, Elizabeth Cady Stanton et Lucretia Mott, « indignées par l’interdiction faite aux femmes de prendre la parole à l’occasion d’une convention contre l’esclavage, réunissent plusieurs centaines de personnes à leur Convention pour les droits des femmes à Seneca Falls ».

Un événement qui constitue une première et qui permet aux participantes et participants de revendiquer des droits dont les femmes étaient privées à ce moment. « Ensemble, elles revendiquent des droits civils, sociaux, politiques et religieux pour les femmes, dans un texte appelé Déclaration de sentiments et de résolutions. »

L’internationalisation de la journée


La dimension internationale de cette journée est née en 1910 lors de la deuxième conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague. Lors de ce congrès, Clara Zetkin (1857-1933), journaliste, femme politique et présidente de l’Internationale des femmes socialistes, pousse pour la création d’une journée internationale dédiée aux droits des femmes.

L’objectif est double : « rendre hommage au mouvement en faveur des droits des femmes et favoriser l’obtention du suffrage universel pour les femmes », peut-on lire sur le site de l’Onu. « La proposition est approuvée à l’unanimité par la conférence qui comprenait plus de 100 femmes de 17 pays, dont les trois premières femmes élues au Parlement finlandais. »

Cette journée est finalement organisée le 19 mars 1911 dans quatre pays : en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse. Selon les Nations Unies, plus d’un million de personnes assistent à ces rassemblements, qui sont l’occasion de porter haut certaines revendications, concernant notamment les droits civiques et l’emploi. « Outre le droit de voter et d’exercer une fonction publique, les femmes réclament le droit au travail, à la formation professionnelle, ainsi que l’arrêt des discriminations sur le lieu de travail. »


En savoir plus sur :: KERANOS MEDIA ::

Subscribe to get the latest posts sent to your email.